top of page

Nos histoires

Découvrez dans cette section les initiatives et collaborations de SEMANCE

Le comptoir Semance est actif dans plusieurs terrains, situés au sud de Bruxelles, entre Uccle et Beersel. Ce sont des terrains de nature institutionnelle, comme la Ferme Rose, ou privés, comme les terrains de la rue de la Cueillette, celui de l'initiative intergénérationnelle "Potager in the City" ou encore celui de la rue Nijsberg; ils sont aussi, et c’est le cas des terrains Hompot et La Tour, la propriété de sociétés de logement (Bin-Hôme et ABC). Ces terrains ont été généreusement mis par leurs propriétaires (ou locataire dans le cas de l'Av. latéral, face au 77) à disposition de Semance à des fins de production de semences.

 

Autour de chaque terrain ou site se noue une histoire particulière, car chacun d’entre eux présente des particularités bien définies et des circonstances sociales ou de quartier spécifiques. Les notes qui suivent vous en donnent une idée tout en illustrant le fonctionnement de l’association Semance en tant que comptoir productif.

Nos terrains

HOMPOT

Le potager collectif « Hompot » (« Hom- » pour Homborch, « -pot » pour potager) est né en 2013. Il est situé au coin du Square des Merises. Sa courte histoire est pourtant riche en accomplissements, dont la transformation réussie de terrain en friche qu’il était depuis des siècles – prenant à un certain moment la fonction de dépotoir lors de la construction du quartier, ou de terrain de remblais pour la compagnie des Chemins de Fer à un certain autre moment -, en joli jardin et potager prospère, n’en ai pas le moindre. A ses tous débuts, on y a réussi une expérience pilote en matière de décontamination du sol, des métaux lourds et des différents substances polluantes qui sont assez présents dans les sols urbains, au moyen des micro-organismes efficaces (EM), résultats validés par l’Université libre de Bruxelles (ULB).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce potager a suscité la création de l’association Semance, qui est née en son sein comme une initiative circonscrite à son propre programme, et qui s’est par la suite muée en association bruxelloise de production de semences citoyennes. On y cultive toutes sortes de légumes, on y produit même des chicons de pleine terre. Une version de permaculture basée sur la préparation prépondérante du sol y est pratiquée. Le Hompot a fait école, puisqu’il est le premier potager collectif à Bruxelles à suivre une telle approche, en introduisant la méthode EM, c’est à dire une agriculture où les micro-organismes, qui en sont en quelque sorte son axe, rendent possible une permaculture véritablement autonome. Le Hompot produit son propre bokachi, son propre terreau (dans le terrain d’en-face), ses propres semis. Présent aux diverses manifestations du quartier, le Hompot est devenu un nom que les gens du coin connaissent bien et une initiative bien accueillie et reconnue par les riverains. L’équipe actuelle compte huit membres actifs.

Hompot_edited.jpg

LA TOUR

Le potager « La Tour » est né en 2018 suite à l’initiative d’un riverain, encadré de bonne heure par le PCS Homborch (Projet de Cohésion Sociale) du quartier, et soutenue par Semance. Il se trouve situé à l’intérieur d’un îlot du quartier social appartenant à la société de logement ABC (ex-Cobralo), à l’ombre, si l’on peut dire, de l’ancienne tour de chauffage de la cité, d’où le nom qu’on a choisi pour ce potager collectif. Pour commencer, la société de logement, après avoir déterminé et attribué le terrain à la petite équipe qui s’est constituée responsable du projet, l’a doté d’une clôture métallique; ensuite, tout n’a été dans sa courte histoire qu’une question de passion et de constance. On peut citer comme atouts spécifiques à ce site sa situation, un peu à l’écart de la circulation et entouré de jardins, qui lui procure un calme réellement engageant; la présence d’une source inépuisable de broyat, alimentée par des apports réguliers du service de jardinage de la société de logement, et dont le potager peut se servir selon ses besoins; une fourniture permanente d’eau de pluie, en provenance du bâtiment de la tour de chauffage. 

 

L’équipe, après avoir connu des hauts et des bas dans son nombre et dans la qualité des engagements des uns et des autres, s’est stabilisée dans le courant de l’année 2020 et compte aujourd’hui une demi-douzaine de membres actifs. Au mois de septembre de cette année, le potager La Tour a été rattaché organiquement à Semance. Ce site devient ainsi l’un des terrains de celle-ci. 

En 2020, le site La Tour a complété véritablement son implantation, en redessinant les parcelles, en créant d’autres et en réalisant un grand cercle fleuri et une rocaille d’herbes aromatiques. Deux grands bacs à compost ont été montés. De plus, la fosse à bokachi a été agrandie et améliorée !

En 2022, nous partageons l'histoire de "la Blanche & Rose d'Uccle".

SEMANCE La tour.jpg
Blanche-dUccle.jpg
La-Tour_edited.png

LA FERME ROSE

Un vestige illustre de l’agriculture du Moyen-Âge, est un site historique important et remarquable de la commune d’Uccle. En encourageant et autorisant Semance à reprendre la fonction maraîchère qui fut la sienne aux siècles passés, la commune d’Uccle souhaite mettre ce site au diapason de notre époque et lui redonner un rôle vivant au sein de notre communauté. Le premier pas, ce fut le choix de l’emplacement du futur potager, à l’intérieur de l’enceinte; choix qui s’est porté sur le terrain rectangulaire jouxtant le grand portail sur l’Avenue de Fré, encadré par des murs en briques séculaires. C’était l’année 2019 et la saison était déjà fort avancée; de ce fait, il a fallu travailler d’arrache-pied afin de réussir l’année même la création du potager panaché de fleurs que Semance avait en tête d’y voir surgir. Seulement trois mois plus tard, c’était la luxuriance et la débauche de couleurs, du vert chlorophyllé du cyclanthère au rouge incarnat des bergamotes, en passant par toutes les couleurs que les fleurs et le légumes ont volées à l’arc-en-ciel; au début de l’automne, un rien sur le tard, c’était quand même la corne d’abondance: des poivrons à la peau lustrée, gonflés et lourds de leurs bons sucs odorants; d’énormes betteraves à la turgescence pourprée et posées sur le sol comme des œufs d’animaux fantastiques; des courgettes à foison, pansues et luisantes, pendant paresseusement de leurs branches baladeuses; d’innombrables citrouilles ventrues garnissant la clôture en bois de châtaignier, qui crissait de fatigue sous leur poids… Ce sol, qui manifestement n’a pas été choisi à la légère par nos ancêtres, nous réservait un étonnement majuscule: un seul pied de Butternut, la variété très populaire de courge moschata, a produit dix-sept fruits, tous beaux et de belle taille! Du jamais vu!

Fin 2020, Semance peut donc se féliciter d’avoir réussi ses deux premières saisons à la Ferme Rose. De vieilles mémoires endormies de l’ancienne ferme ont dû s’éveiller un peu en entendant depuis deux ans des bruits de bêche et de houx, et nous prodiguer de belles énergies amies et de fertiles inspirations lors de nos labours. Objet de satisfaction toute particulière pour Semance: avoir réussi a constituer une petite équipe, des voisines de la Ferme Rose, qui l’assiste sur place.

SEMANCE - La Ferme Rose.jpg
Ferme Rose.jpg

NIJSBERG

Le terrain Nijsberg, sis dans la rue du même nom (Beersel/Rhode-Saint-Genèse), a une superficie d’environ 25 ares. C’était au départ, il y a cinquante ans, lorsqu’il fut acheté par l’actuel propriétaire, M. Hubert De Greef, un terrain destiné à devenir une grande maison avec un spacieux jardin. La maison ne fut jamais construite et le terrain est resté une friche. Pendant cinquante années, ce terrain a reçu régulièrement des déchets de tonte, ce qui donne à son sol une texture très favorable pour toute exploitation agricole. Dans le courant du printemps 2020, Semance a été invitée par son propriétaire à s’investir dans ce terrain: on était alors au beau milieu du confinement. Malgré les circonstances difficiles vécues tout le long de l’année 2020, ce nouveau terrain de Semance affichait pourtant, vers la fin de sa première saison, une allure de potager bien campé, ce qui témoigne d’un sol riche et à grand potentiel horticole. Grâce à sa vaste superficie, Semance peut y développer des cultures plus extensives, comme celles du maïs, les scaroles, les pommes de terre, les courgettes coureuses, etc.

NIJSBERG.jpg
Nijsberg design.png

CUEILLETTE

M. Thomas, un retraité, ne s’occupant plus de son potager par cause d’âge, nous contacte au printemps 2019 en réponse à notre appel pour des terrains à occuper, terrains dont nous manquions à ce moment-là. Le terrain qu’il nous offrait est son ancien potager, devenu pelouse bien entretenue. Nous avons procédé sans délai à dessiner les parcelles, à faire le désherbage sérieux qui s’imposait et à en améliorer le sol, dont la texture laissait à désirer. Les résultats ont été plutôt médiocres la première année, et toujours moins qu’idéaux la deuxième année; mais, pour la saison 2021 il y a, par contre, lieu d’espérer de bons résultats, car nous avons « mis le paquet » au moment de la mise en hibernation du terrain, fin octobre 2020: introduction de moult bokachi, grands arrosages aux EMa, couverture de feuilles mortes. Ce petit terrain est important car il nous permet d’isoler des variétés sensibles à la pollinisation croisée. Les petits potagers et jardins de ville présentent un tel atout lorsqu’on s’adonne à la production de semences. En somme, pour une association productrice de semences il n’y a pas en réalité de « petit terrain », dans l’échelle de l’importance: toute parcelle peut s’avérer précieuse quand il s’agit de produire des semences variétalement pures.

cuillette.jpg
Cueillette.png

Nos Partenariats

Potager in the City

Aux abords quelque peu désaffectés et abrupts du tronçon du chemin de fer qui relie le quartier Saint-Job à celui du Vivier d'Oie a pris réalité, au tout début du printemps 2023, un projet de potager.

Rien n'était moins enthousiasmant, de prime abord, que ce lopin jonché de détritus en tous genres et devenu de facto au fil des années un véritable dépotoir. Semance avait été contactée quelques mois auparavant par le lanceur du projet, Maxime Dahan, animateur de l'Ashram in the City, afin d'explorer la possibilité de démarrer un partenariat autour de ce projet de potager de quartier. C'est ainsi qu'une présence active et suivie de Semance s'y est manifestée dès la fin de l'hiver.

Relater la mise en place de ce partenariat consister à décrire un partenariat idéal dans ce domaine. Les raisons à cette réussite ne manquent pas.

Il y a eu, d'abord, la motivation du collectif en formation et la vision et la détermination des lanceurs du projet (Maxime Dahan et Paolo Ampuero). D'où a découlé tout naturellement le sérieux et la constance avec lesquels l'équipe a abordé le processus de formation du potager. Enfin, Semance, quant à elle, s'y est investie avec entrain et constance.

Des séances régulières d'information ont été tenues à l'Ashram, l'un des lieux de rencontre du collectif (l'autre étant l'espace social ménagé à moins de cinq mètres de la ligne du chemin de fer, au bout du terrain), en vue de constituer l'équipe de volontaires qui allait donner corps au projet et d'en fixer les objectifs à court, moyen et long terme, en un mot, la feuille de route à suivre.

Les travaux pratiques ont débuté en plein cœur de l'hiver, lorsqu'il a été question de « cartonner » le terrain, après son nettoyage. Les premiers subsides de la commune d'Uccle nous donnent un sacré "Coup de Pouce".

Ensuite, vers la fin mars, le tracé des allées du nouveau potager et l'apprêt des premières parcelles ont occupé en priorité l'équipe. Une fois le dessin du potager bien inscrit sur le terrain, on a pu voir enfin à quoi ce potager naissant pouvait-il ressembler. Et sans tarder, on s'est attelé à réaliser les premiers semis : pomme de terre, courgette, courge, tournesol, laitues, betteraves, haricots mange-tout, poireaux, plantes d'ornement, plantes aromates et médicinales, arbustes à petits fruits…

L'équipe a pris si à cœur les tâches inscrites dans l'agenda que des étapes entières ont littéralement été « brûlées » : trois grandes étapes ou phases ont été accomplies en une seule saison ! Même Bruxelles-Environnement les soutiens financièrement et leurs offre un coaching pour le projet.

Le potager est ouvert à tous, le compost également. Notre première saison a été un succès !

l'année 2024 s'annonce grandiose !

  • Facebook
potager in the city.jpg

Potager de

l'Ecole européenne Bruxelles I (Berkendael)

L'Ecole européenne Bruxelles I, section Berkendael, à Uccle, est une école Maternelle et Primaire jouissant d'amples terrains à l'intérieur d'une assez vaste enceinte. Depuis une dizaine d'années, certains instituteurs ont entrepris d'y implanter des potagers à but pédagogique, mais jusqu'à présent sans grand succès. Comme ces échecs répétés sont éminemment décourageants et vont directement à l'encontre de la leçon d'écologie et de rapprochement éclairé avec la nature, les plantes et les fleurs que l'on souhaite réussir auprès des très jeunes élèves, l'une des institutrices de l'école, très active dans ce projet, a contacté Semance début septembre 2023. Elle avait assisté au début de l'année à une réunion d'information autour du projet de potager à l'avenue Latérale, que l'Ashram in the City (avenue Hamoir, Uccle) porte et encadre et dont Semance est partenaire. A quelques mois de cela, vers le milieu de l'été, elle a revisité le terrain de ce potager lors de la journée portes ouvertes de celui-ci. Elle avoue avoir eu à cette occasion-là un véritable choc en découvrant un jardin joliment structuré et florissant à la place du terrain en friche, par endroits un vrai dépotoir, qu'elle avait connu plus tôt dans l'année. C'est ainsi qu'elle songe alors à proposer à Semance une assistance afin de remédier à la situation d'échec récurrent que connaissent toutes les tentatives de potager entreprises dans son école.

 

Semance ne pouvait que répondre positivement à une telle requête. A la suite d'une visite des lieux, un partenariat s'est mis en place en vue de réussir dès la saison prochaine (2024) le potager de l'Ecole européenne, avec la participation active des enfants. Sans tarder, un programme d'arrosages aux micro-organismes efficaces (EMa) du terrain, dont le sol présente une extrême dureté, a été appliqué ; après quoi, une couverture de ce sol au moyen de grands cartons bruns a été effectuée. Une cinquantaine d'enfants y a participé à chacune de ces actions, au cours desquelles des explications leur ont été fournies quant aux objectifs visés et la raison de ces différentes actions , à savoir un assouplissement, une dépollution et un enrichissement de sol afin de donner aux plantes une chance enfin de bien grandir. Une réunion est prévue pour fin janvier 2024 afin de « fantasmer » ensemble, enfants, instituteurs et Semance, aux légumes et aux fleurs que l'on voudrait y voir pousser dès le printemps.

 

Le terrain du potager est situé en plein milieu de l'école, jouxtant le grand parking intérieur. Il dessine, de ces larges murets en pierre, un grand cercle d'environ 20 mètres de diamètre, dont seul  un tiers est exploitable comme potager à cause de la présence, sur les deux autres tiers, d'un bosquet de bouleaux. La suppression de l'un ou l'autre de ces arbres pourrait plus tard rendre envisageable un agrandissement du potager.

 

Affaire à suivre...

bottom of page